Ce site utilise des cookies. En continuant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.

Sweety Break, une innovation qui ne manque pas de sucre !

« Challenge relevé, défi réussi » pour quatre étudiants du campus de Rouen qui ont réalisé un excellent parcours lors de l’édition 2018 des Entrepreneuriales.

Pour leur innovation, une « touillette » pour boissons chaudes : 100 % soluble, innovante et écologique. Benjamin, Aurélien, Yann et Simon se sont vus décerner le premier Prix lors de la finale régionale des Entrepreneuriales. Cette victoire leur a offert un sésame pour participer à la finale nationale où le quatuor s’est classé troisième !

Sortir des sentiers battus

À l’origine de ce parcours, il y a une idée et l’envie de sortir des sentiers battus : « Au début, nous étions sur un projet en lien avec l’agriculture », explique Aurélien, étudiant lauréat, « Mais notre réflexion a évolué ». De fil en aiguille, l’équipe s’est structurée pour faire germer LE produit innovant, celui avec lequel ils allaient s’imposer parmi tous les candidats : « Sweety Break est une touillette en sucre qui, contrairement à une touillette classique se dissout intégralement ce qui vous permet de sucrer votre café tout en limitant l’impact des matières plastiques sur l’environnement ».

Les étudiants ont été encadrés tout au long de leur parcours par des professionnels chargés de les aider à peaufiner leur projet jusqu’au pitch final : « Nos coaches ont complété ce que nous avions appris en cours : Réalisation d’un business plan, marketing, avoir une approche économique et financière… » poursuit Benjamin, avec pour contrainte la réalisation d’un dossier de 15 pages et d’une vidéo de 30 secondes.

La force du groupe

Les étudiants sont tous issus de la formation d’ingénieurs par l’apprentissage : « C’est ce qui fait la force de notre groupe ! » Précise Simon « Nous nous sommes aussi appuyés sur notre pluridisciplinarité : nous venons de différentes régions, et les secteurs d’activités qui nous emploient sont différents. Cela a créé une complémentarité au sein de l’équipe ».

Si les étudiants n’ont pas remporté le grand prix, ils restent particulièrement fiers de leur parcours et d’avoir su s’imposer parmi les 381 équipes initiales : «  Ce projet nous a beaucoup apporté sur le plan technique de la création d’entreprise, mais aussi au niveau de l’ouverture d’esprit. Aucun d’entre nous n’imaginait que nous irions à Paris pour la finale et obtenir cette troisième place ! ». Pour autant, l’équipe hésite encore à se lancer: « On réfléchit aujourd’hui sur l’avenir de Sweety Break car nous avons chacun des opportunités professionnelles. Mais si aujourd’hui des Alumni veulent nous rejoindre dans cette aventure, nous recherchons des partenaires financiers et/ou techniques types procédés industriels ». À bon entendeur…