Ce site utilise des cookies. En continuant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.

ingénieur en Agronomie et Agro-industries

formation d’ingénieur en Agronomie et Agro-industries

(Ré)-inventez l’agriculture de demain !

Pourquoi devenir Ingénieur pour les secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et des agro-industries ?

Choisir la formation d’Ingénieur en Agronomie et Agro-industries d’UniLaSalle, c’est entrer de plain-pied dans les enjeux de demain.

Nourrir le monde grâce à une agriculture à haute performance technique, agronomique et environnementale, développer des produits agroalimentaires innovants tout en optimisant les processus de fabrication, assurer la transition énergétique des entreprises du secteur…

Tels sont les défis que vous serez amenés à relever.

Infos clé

 

demander une plaquette

chiffres-clés de la formation

22%des élèves suivent la formation par apprentissage
93%taux net d'emploi un an après la sortie de l'école
46universités partenaires à l'international
15mois de stage tout au long du cursus

parcours et cursus

3 ans pour construire votre projet

Les premières années constituent le socle commun des enseignements. Une période que les élèves mettent à profit pour élaborer leur projet de spécialisation.

Construisez le parcours qui vous ressemble !

Nos parcours d’approfondissement couvrent les principaux secteurs de l’agriculture, de l’agronomie à l’agroalimentaire. Ils sont enseignés sur les deux dernières années du cursus ingénieur et vous permettent d’enrichir vos connaissances sur un secteur donné.

En choisissant votre parcours, vous êtes acteur de votre propre formation.

Ce parcours à l’interface des activités agricoles et de la gestion des ressources naturelles vous apprendra à répondre efficacement aux enjeux agro-territoriaux modernes, tels que l’érosion des sols, la protection des bassins d’approvisionnement en eau, etc.

Vous appliquerez les concepts et méthodes de l’ingénierie écologique et de l’agroécologie via un cas concret réalisé dans un contexte professionnel.

Exemples d’études réalisées par les étudiants :

  • Étude agroenvironnementale des sous-bassins versants de l’Avelon (Pays de Bray, Oise) ;
  • Effet des pratiques et systèmes de culture sur la faune du sol ;
  • Le marais de Sacy-le-Grand (Oise) : comment concilier pâturage et conservation de la biodiversité ?

Télécharger la liste des modules d’enseignement (PDF)

Et après ?

Vous mobiliserez vos connaissances agronomiques et agroécologiques dans le but d’améliorer les modes de gestion d’un territoire donné selon une logique de développement durable.

ASET_fonctionsASET_secteurs_OK

Ce parcours vise à former des ingénieurs en agriculture capables d’intégrer les agroéquipements comme un élément des systèmes de production durable.

En deux ans, les étudiants de ce parcours vont :

  • acquérir des compétences de base en mécanique et conception de machines afin de pouvoir dialoguer avec les concepteurs de machines et équipements agricoles ;
  • acquérir des connaissances du terrain afin de pouvoir dialoguer avec les utilisateurs des machines ;
  • acquérir des connaissances en terme d’innovation et d’amélioration des agroéquipements intégrés aux systèmes de production animale et végétale durables.

Les enseignements se basent notamment sur un projet de recherche/étude de mise en situation professionnelle.  Ils s’appuient sur la chaire Agro-machinisme et nouvelles technologies.

Et après ?

Les métiers et entreprises visés par ce parcours sont au contact des productions : concepteurs de machines et agroéquipements, concessionnaires. Ils constitueront une interface entre les exploitants agricoles et les concepteurs pour concevoir au mieux les équipements et leur double compétence technico-économique en agriculture leur permettra de conseiller au plus juste les exploitants agricoles.

Ce parcours vous est destiné si vous souhaitez vous orienter dans les productions végétales de plein champ ou les métiers de l’agronomie.

Cette science complexe et pluridisciplinaire se focalise sur les systèmes de culture et les interactions entre sol, climat, plantes cultivées et techniques culturales appliquées par les agriculteurs.

Vous apprendrez les outils et méthodes de diagnostic et d’aide à la décision et appliquerez vos connaissances en réalisant une étude concrète dont les résultats se basent sur l’expérimentation.

Exemples d’études réalisées par les étudiants :

  • Test d’une démarche d’accompagnement des agriculteurs de l’Oise dans la réduction de l’usage des pesticides,
  • Impacts de l’introduction de cultures dédiées sur l’organisation du travail et l’utilisation du parc matériel des exploitations agricoles picardes,
  • Effets des systèmes de culture biologique sur le salissement des parcelles et leur pérennité.

Télécharger la liste des modules d’enseignement (PDF)

Et après ?

Vous serez capable d’adapter ou de concevoir des systèmes de culture en adéquation avec les problématiques posées, à l’échelle d’une parcelle, d’une exploitation ou d’un territoire.

AT_fonctionsAT_secteurs

Ce parcours double compétences vous formera aux techniques avancées de gestion d’entreprise.

A travers un cas pratique, vous utiliserez les outils de recueil d’information, appliquerez les méthodes de gestion de projet, mobiliserez les concepts des sciences de gestion et apprendrez à gérer la relation professionnelle avec un commanditaire.

Exemples d’études réalisées par les étudiants :

  • Élaboration d’une cartographie des risques technologiques en agriculture et identification des modes de couverture des risques envisageables ;
  • Étude de faisabilité d’une filiale de collecte de recyclage des huiles usagées pour une usine de biocarburant ;
  • Étude de déploiement d’une structure de circuits courts pour un traiteur locavore.

Télécharger la liste des modules d’enseignement

Et après ?

Vous serez à-même de réaliser des modélisations économiques et de sécuriser les risques, ou encore de gérer la supply chain et la conduite du changement pour les entreprises agroalimentaires, agro-industrielles ainsi que les services de conseil et de financement.

 

CPE_fonctionsCPE_secteurs

Ce parcours s’intéresse à l’animal, sa physiologie et son élevage.

Il allie à la fois compréhension du fonctionnement de l’organisme, connaissances ciblées en génétique, sélection et perspectives dans les biotechnologies animales, repères techniques (notamment en matière d’alimentation animale) et outils et méthodes de diagnostic.

La participation à des salons professionnels, des visites d’entreprises ou des études de cas vous immergeront dans les filières animales.

Télécharger la liste des modules d’enseignement

Et après ?

Vous saurez proposer des méthodes d’élevage innovantes et viables en réponse à l’évolution des réglementations, des attentes sociales et des marchés mondiaux.

Vos connaissances techniques et transversales vous permettront de conseiller les éleveurs sur les techniques d’élevage.

PA_fonctionsPA_secteurs

Ce parcours vous permettra de combiner savoir technique en agriculture et en agroalimentaire et concepts et méthodes de l’innovation, du développement et de la gestion d’entreprise.

Vous devrez monter un projet complet de création d’entreprise dans le cadre du « Start up programme » piloté par l’EPAPIC (Entreprendre pour apprendre en Picardie). De l’idée innovante au processus de création d’entreprise, de l’élaboration du business plan à l’activité d’une start up, vous entrerez dans la peau d’un véritable entrepreneur.

Télécharger la liste des modules d’enseignement (PDF)

Et après ?

Vous apprendrez à gérer et assurer le développement et la pérennité des structures agricoles sur leur territoire et dans un contexte mondialisé.

Exemples de start-ups créées par les étudiants :

  • TrappeControle : kit de commande à distance des trappes de bennes grâce à un vérin électrique ;
  • Eas’Hydraulic : création d’un coupleur qui facilite les branchements des flexibles hydrauliques à l’arrière des tracteurs, sur la base des chargeurs existants ;
  • D’clic-P@nier : boutique en ligne proposant des produits locaux (Oise / Picardie) issus de l’agriculture biologique et raisonnée ;
  • Com’ pour la ferme : Conseils et accompagnement pour les agriculteurs ayant besoin de faire briller les produits issus de leur exploitation.

 

Vous développerez de solides bases vous permettant de proposer et mettre en œuvre des solutions marketing et commerciales opérationnelles, dont vous serez capable d’évaluer la rentabilité ou le retour sur investissement grâce à de bonnes connaissances en sciences de gestion.

Vous serez mis en situation professionnelle lors d’une étude de cas concrète.

Exemples d’études réalisées par les étudiants :

  • Qualification d’un fichier clients pour une association de producteurs biologiques ;
  • Etude du potentiel de vente de semoirs en semis direct ;
  • Test de concept et validité commerciale de logiciels à destination agricole.

Télécharger la liste des modules d’enseignement

Et après ?

Nous vous formons à devenir des ingénieurs commerciaux et marketing opérationnels, réactifs, ouverts au monde des affaires et adaptables à la diversité des secteurs professionnels visés (agroalimentaire, agrofourniture, grande distribution, distribution spécialisée et services).

MDC_fonctions_OKMDC_secteurs_OK

Vous étudierez l’ensemble des notions incontournables nécessaires à l’exercice de fonctions relevant de la production, de la qualité, de la recherche et développement dans l’industrie agroalimentaire.

Vous aborderez les problématiques liées au produit (ingrédients et additifs, emballages, risques chimiques et bactériologiques,…), au process (génie des procédés alimentaires, production de froid,…) et à l’organisation de la production (gestion des flux, gestion industrielle, conception et aménagement de locaux…).

L’enseignement s’appuie sur plusieurs projets appliqués portant sur la formulation et la réalisation d’un produit agroalimentaire et sur la conception ou la réorganisation d’un site industriel.

Télécharger la liste des modules d’enseignement

Et après ?

Vous serez amené à occuper des postes liés à la production ainsi qu’au process, principalement pour l’industrie agroalimentaire.

IAA_fonctionsIAA_secteurs

Nos parcours d’approfondissement couvrent les principaux secteurs de l’agriculture, de l’agronomie à l’agroalimentaire. Ils sont enseignés sur les deux dernières années du cursus ingénieur et vous permettent d’enrichir vos connaissances sur un secteur donné.

En choisissant votre parcours, vous êtes acteur de votre propre formation.

les stages

Le stage de découverte de l’exploitation agricole (1re année)

L’objectif de ce stage est de vous faire découvrir la complexité du fonctionnement d’une exploitation agricole et le travail quotidien. Vous acquérez des gestes techniques et développez votre culture générale agricole. Il est réalisé en exploitation polyculture-élevage et se divise en deux périodes : deux semaines au mois de mars, et quatre semaines en juillet/août.

Le stage à l’étranger (fin de 2e année)

Grâce à ce stage de 4 mois en pays anglophone, vous vivez une ou deux expériences professionnelles différentes de celles rencontrées en France et développez vos capacités d’autonomie et d’interaction dans un contexte interculturel. Ce stage peut se dérouler en environnement non anglophone si votre niveau d’anglais est suffisant (B2).

Le stage d’application professionnalisant (fin de 3e année)

Ce stage vous permet d’analyser le fonctionnement d’une entreprise et d’exercer une activité pré-professionnelle. Il est aussi l’occasion de découvrir un secteur d’activité en lien avec votre formation. A ce titre, ce stage vous aide dans votre choix d’orientation.

L’activité spécifique (stage optionnel, fin de 4e année)

UniLaSalle vous donne la possibilité d’effectuer un stage ou toute autre activité professionnelle dans le domaine de votre choix, en France ou à l’international.

Le stage de fin d’études (fin de 5e année)

D’une durée de 6 mois, ce stage vous fera travailler sur une problématique de niveau ingénieur posée par une entreprise ou un organisme. Capacité d’analyse, aptitude à trouver des solutions, à les tester, les critiquer et les valider, esprit de synthèse et facultés à communiquer sont les qualités requises pour devenir ingénieur en Agriculture.

Ce stage donne lieu à la réalisation du Mémoire de fin d’études (MFE), évalué par un document écrit et une soutenance orale.

L’apprentissage

Les années 3, 4 et 5 du cursus d’ingénieur en agriculture sont également dispensées par la voie de l’apprentissage. Cette formule, très exigeante du point de vue de l’investissement personnel, vous permet d’enrichir votre formation d’une solide expérience en entreprise.

Cette voie est réservée aux élèves très motivés et ayant déjà bien défini leur projet professionnel.

Le cursus en apprentissage n’est pas ouvert pour les parcours d’approfondissement suivants : Agronomie et territoire et Agroécologie, sols, eaux et territoires.

En savoir plus sur la formation d’ingénieur en Agriculture par apprentissage.

Le plus UniLaSalle : le Master d’administration des entreprises (MAE)

Grâce à un contrat-cadre signé avec l’UPJV (Université de Picardie Jules-Verne), vous avez la possibilité de compléter votre cursus d’ingénieur en agriculture par un master d’administration des entreprises (MAE). Les enseignements, focalisés sur les disciplines liées au pilotage d’entreprise, sont dispensés le samedi par des enseignants et vacataires de l’IAE d’Amiens et vous forment à des missions d’encadrement.

Ce cursus est accessible uniquement aux élèves et apprentis inscrits dans les parcours d’approfondissement typés « gestion » de la formation d’ingénieur en agriculture : Entrepreneuriat et innovation en agriculture, Marketing et développement commercial, Consulting et pilotage d’entreprise.

Les atouts de cette double formation :

  • Vous complétez vos compétences acquises en gestion, management et pilotage d’entreprise par une ouverture à d’autres secteurs d’activité ;
  • Vous bénéficiez de l’expertise universitaire des enseignants de l’IAE ;
  • Vous obtenez un diplôme de l’IAE d’Amiens ;
  • Le taux de réussite atteint 90% à 100%.

Le MAE se déroule à cheval sur le 2e semestre de 4e année et le 1er semestre de 5e année de la formation d’ingénieur en agriculture. Un supplément, correspondant aux coûts d’inscription et de logistique, vous sera demandé.

De la 3e à la 5e année, vous pouvez choisir d’étudier dans l’une de nos universités partenaires partout dans le monde. Elles vous accueillent pour un semestre, un séjour diplômant (12 mois) ou un double diplôme (18 à 24 mois).

découvrez les différents types de mobilité à l’international

découvrez nos universités partenaires à l’international

Admission en 1re année

Vous intégrez notre formation d’Ingénieur en Agronomie et Agro-industries en 1re année si :

  • Vous êtes titulaire d’un Bac S ou STAV
  • Vous êtes en 1re année d’études supérieures et n’avez pas validé votre année
  • Vous avez validé une année de remise à niveau scientifique
  • Nombre de places attribuées : 150 places

en savoir plus sur les modalités d’admission en 1re année

Admission en 2e, 3e ou 4e année

Vous intégrez notre formation d’Ingénieur en Agronomie et Agro-industries via une admission sur titre si :

  • Vous avez validé votre passage en année supérieure à l’issue de votre 1re année de prépa BCPST, de Licence de biologie, de DUT Génie biologique, de BTS scientifique, de licence professionnelle ou de master.
  • Vous avez obtenu votre diplôme (BTS, DUT, licence) ou êtes admissible aux écoles d’ingénieur après votre prépa BCPST.
  • Vous êtes reçu/collé à l’issue de votre L1 PACES
  • Vous avez un autre profil ? Vérifiez si votre formation vous permet d’intégrer notre formation d’Ingénieur en Agronomie et Agro-industries.
Nombre de places attribuées :

en savoir plus sur les modalités d’admission en 2e, 3e ou 4e année

 

Candidature en ligne

comment intégrer la formation Ingénieur en Agronomie et Agro-industries ?

admission en 1re année (post-bac)
Pour qui ?
  • Vous êtes titulaire d’un Bac S ou STAV
  • Vous êtes en 1re année d’études supérieures et n’avez pas validé votre année
  • Vous avez validé une année de remise à niveau scientifique

Nombre de places attribuées : 150 places

>> Plus d’infos sur les modalités, le calendrier d’admissions

admission en 2e, 3e ou 4e année
Pour qui ?
  • Vous avez validé une 1re année de prépa BCPST, de Licence de biologie, de DUT Génie biologique, de BTS scientifique, de licence professionnelle ou de master.
  • Vous avez obtenu votre diplôme (BTS, DUT, licence) ou êtes admissible aux écoles d’ingénieur après votre prépa BCPST.
  • Vous êtes reçu/collé à l’issue de votre L1 PACES

Vous avez un autre profil ? Vérifiez si votre formation vous permet d’intégrer notre formation d’Ingénieur en Agronomie et Agro-industries.

>> Plus d’infos sur les modalités, le calendrier d’admissions

pour quels métiers ?

agro-ressources et les filières agricoles

Directeur chimie verte en Industrie

Sélectionneur d’espèces végétales et de races animales

Responsable Approvisionnement/Collecte

Directeur de coopérative

Chargé de mission biocarburants

Chef d’exploitation agricole

Responsable d’un service agronomique

environnement et l’aménagement du territoire

Manager environnemental

Responsable collecte pour une entreprise de recyclage de déchets

Coordinateur de projet éolien

Chargé d’études d’impact

Eco-conseiller

Gestionnaire de patrimoine

Directeur d’Espace Naturel Régional

Hydraulicien

Responsable de laboratoire d’analyses...

industrie agroalimentaire

Ingénieur Recherche & Développement

Directeur Marketing

Responsable Qualité

Directeur de production

Directeur de magasin en grande distribution

Responsable logistique

Chef de zone Import/Export...

Ingénieur commercial en produits intermédiaires et en produits de grande consommation pour l’industrie agroalimentaire

Acheteur produits frais en grande distribution

Responsable publicité et promotion des ventes

Chargé d’études marketing dans une société d’études

agro-business

Conseiller d’entreprise

Analyste Crédit

Chargé de clientèle Banque

Chargé d’études

Courtier en matières premières agricoles (Trader)

Ingénieur technico-commercial en agrofourniture

Agro-informaticien

Responsable administratif et financier...

parcours d’Alumni

Ninon MEYER

Agriculture, 2010

Récit d'une globe-trotteuse

Après avoir voyagé aux quatre coins du monde, Ninon a trouvé un poste au Panama, où elle s'occupe de projets liés à la protection de la biodiversité.

Ninon MEYER (Agriculture, 2010) a reçu son diplôme d’ingénieur après avoir voyagé aux quatre coins du monde. Elle occupe aujourd’hui plusieurs postes pour protéger la faune.

« Dès la deuxième année, je suis parie six mois en Australie Occidentale, au sein du Département d’Environnement et Conservation à Perth. Nous avons travaillé sur un projet de réintroduction d’espèces natives du désert Australien. Après mon stage de 3e année à la réserve Africaine de Sigean, dans l’Aude, je suis partie au Québec dans le département des sciences animales. Après mon retour, j’ai fait un double diplôme à Wageningen, aux Pays-Bas : un master Conservation de la Forêt et de la Nature. Mon premier mémoire portait sur la distribution spatiotemporelle des grands herbivores en fonction du risque de prédation des lions, de la disponibilité et de la qualité des ressources. Mon deuxième mémoire m’a mené au Panama, où j’ai travaillé sur un projet utilisant des pièges photographiques pour évaluer la fonctionnalité du corridor biologique méso-americain pour les grands mammifères terrestres.

Je travaille désormais à l’Institut Smithsonian de Recherches Tropicales, au Panama, et suis impliquée dans différents projets, tous relatifs à la biodiversité. Je coordonne un programme de relevés et de suivis d’écologie tropicale au Panama financé par « Conservation International, programme appliquée dans les forêts tropicales de seize pays à travers le monde. Je travaille également comme consultante pour une entreprise de développement pour laquelle nous devons déterminer les endroits les plus adéquats pour construire des passages fauniques. Enfin, j’interviens aussi dans un programme dont le but est d’améliorer la coexistence des jaguars avec les êtres humains au Panama.

On dit toujours que les années étudiantes sont plus belles, et c’est un peu vrai !»

Portrait extrait de la revue Trait d’Union de LaSalle Beauvais Alumni n°370, paru au 3e trimestre 2013. Interview : Florian MIGEON (Agriculture, 2010).

open

Julien MARTIN

Agriculture, 2004

Un parcours "hors norme"

"Rester quelques années sur une mission, l’accomplir et rebondir ensuite sur un autre défi me plaît."

Julien MARTIN (Agriculture, 2004) a eu un parcours construit sur quelques années lui permettant à moins de 35 ans de devenir directeur général de la filiale France d’ALLTECH.

« Mon désir d’international m’a poussé à faire ma 5e année à l’Université de Wageningen en Master Gestion des Entreprises. Avant de revenir en France métropolitaine, je suis parti six mois avec mon sac à dos pour découvrir le géant sud-américain de l’agribusiness, le Brésil et apprendre le portugais. Rentrer en France avec une expérience tropicale d’une année et un bagage linguistique complémentaire à l’anglais et l’espagnol était un vrai plus. EVIALIS m’a donné une chance en Inde, sur un projet de développement en aquaculture.

Quand on souhaite travailler à l’étranger, il faut être souple et adaptable, comprendre les intérêts et objectifs de l’entreprise qui vous expatrie. On ne choisit pas sa destination, il faut saisir les opportunités qui se présentent à nous.

Après cette expérience de deux ans, mon souhait de manager une équipe commerciale m’a conduit en Pologne, pour m’occuper des activités Premix/additifs, toujours pour EVIALIS. Ce furent cinq années très bénéfiques au contact de managers compétents, qui laissent une forte autonomie et savent transmettre leurs expériences. En 2010, les projets à l’international étaient en « stand-by » chez EVIALIS et le groupe hollandais NUTRECO venait d’acquérir une nouvelle société au Brésil et m’a proposé un poste de directeur commercial ! » […]

En 2012, Julien rejoint ALLTECH.

« ALLTECH est une société qui me correspond en de nombreux points : très dynamique, avec une culture du positivisme et de l’entrepreneuriat.

Quand une entreprise vous contracte, elle vous fait confiance et estime que vous avez les compétences pour la réalisation des missions confiées. Les expériences à l’international permettent généralement une plus forte autonomie et accélèrent naturellement la prise de responsabilités. Le poste que j’occupe aujourd’hui n’est pas une finalité. J’aime les challenges ! Rester quelques années sur une mission, l’accomplir et rebondir ensuite sur un autre défi me plaît. Lorsque j’accepte une nouvelle mission, l’objectif est généralement d’établir une nouvelle stratégie de développement permettant la rentabilité et la pérennité des activités. Ensuite, il s’agit de convaincre ma direction des moyens financiers et des ressources humaines nécessaires. »

Portrait extrait de la revue Trait d’Union de LaSalle Beauvais Alumni n°371, paru au 4e trimestre 2013. Interview : Cécile FOISSY (Alimentation & Santé, 2012).

open

Lucie DE CASTRO

Agriculture, 2013

Un papier, un stylo, le kit de survie de Lucie !

Lucie a réussi à lier son diplôme d’ingénieur obtenu à UniLaSalle avec le journalisme.

« Mon diplôme était une excellente clé d’entrée pour devenir journaliste agricole. Une belle manière de concilier deux dimensions professionnelles que j’aime : la rédaction et le monde agricole. Il m’aura fallu un seul entretien pour décrocher mon premier emploi au sein d’une rédaction bretonne pour une période de quatre mois. Une expérience certes courte mais qui m’a permis de rentrer sereinement dans la vie active avec un métier qui me faisait rêver.

J’ai été contacté par la FRSEA (Fédération Régionale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) Centre-Val de Loire, l’échelon régional de la FRSEA pour un poste de chargée de communication.

Ce nouveau poste était parfait : il alliait à nouveau l’agriculture et l’écriture. Baignée dans l’actualité agricole, j’étais au cœur de l’information.

Mon activité avait deux facettes. En interne, j’avais en charge de mutualiser et centraliser les informations qui circulaient entre les six FRSEA. En externe, j’ai participé à l’organisation d’événements, et en parallèle j’ai créé le compte twitter de l’entreprise. J’ai surtout continué à écrire ponctuellement des articles, des notes internes et toutes les semaines une lettre d’informations aux élus syndicaux de la région. Seulement, en CDD et seule personne en charge de la communication dans l’entreprise, j’ai manqué d’avis extérieurs et de conseils dans ce domaine pour progresser. J’ai alors cherché un poste dans une agence.

A l’occasion d’un Apéritif Citadin organisé par LaSalle Beauvais Alumni [ndlr l’association des anciens élèves, devenue UniLaSalle Alumni], je rencontre une Alumni qui m‘apprend qu’elle quitte son poste de consultante en communication dans une agence spécialisée en agriculture et agroalimentaire. J’ai donc postulé et tout s’est enchaîné très rapidement.

Mon travail consiste à faire le lien entre les média et nos clients. J’écris des communiqués de presse sur la sortie d’un nouveau produit, sur une levée de fonds ou encore sur un événement et les envoie aux journalistes. »

Portrait extrait de la revue Trait d’Union de LaSalle Beauvais Alumni n°379, paru au 4e trimestre 2015. Interview : Marion LECOSTEY (Déléguée générale Lasalle Beauvais Alumni).

open

Edouard LEPESME

Agriculture, 2006

Vin/Vin pour le domaine d’Edouard

"quand une belle opportunité de reprise s’est présentée en 2011, j’ai pu réaliser mon rêve…"

Edouard LEPESME (Agriculture, 2006) est passé d’un emploi dans le Marketing et la communication à viticulteur au grand air

« Mon domaine c’est la vigne ! J’ai toujours évolué dans ce secteur depuis mon stage de fin d’études chez Inter-Rhône, une interprofession. Intéressé par la dimension marketing et commercial, j’ai suivi un Master marketing & communication à l’ESCP Europe pour compléter ma formation. J’ai ensuite intégré de grandes maisons de champagne, Veuve Clicquot et Henriot, en tant que Chef de produit.

J’aime l’ensemble des composantes de la production de vin : l’agronomie, la vinification, le marketing et la commercialisation. C’est là que je me suis dit « pourquoi pas devenir entrepreneur ? ». J’ai donc décide de reprendre une formation pour adulte au lycée viticole de Beaune.

Pendant plusieurs années, je me suis formé auprès de viticulteurs en France et à l’étranger. Je suis également allé en Nouvelle-Zélande, au sein du Quartz Reef Winery. Il est indispensable de s’ouvrir, d’être curieux et de toujours viser une qualité premium. Et, quand une belle opportunité de reprise s’est présentée en 2014, j’ai pu réaliser mon rêve…

Un des critères déterminants pour moi : que les vignes soient bio depuis quinze ans. Intéressant intellectuellement, riche agronomiquement, sain, valorisable commercialement, le bio est devenu une évidence au fil de mon cheminement. »

Portrait extrait de la revue Trait d’Union de LaSalle Beauvais Alumni n°382, paru au 3e trimestre 2016. Interview : Lucie DE CASTRO (Agriculture, 2013).

open

Clément MEIRHAEGHE

Agriculture, 2011

O’PRODUCTEURS, Ô projet alumni

"O’Producteurs est finalement un projet qui me correspond et me ressemble : entre agriculture et marketing/développement commercial."

Clément MEIRHAEGHE (Agriculture, 2011) raconte comment il a créé son projet d’entrepreneuriat, qui correspond à une enseigne indépendante de la distribution alimentaire.

« Ce projet a mûri durant plusieurs années à travers mon parcours, ma formation, mes expériences… O’Producteurs est finalement un projet qui me correspond et me ressemble : entre agriculture et marketing/développement commercial.

Je porte ce projet depuis plus de quatre ans et l’ouverture du magasin va se faire avec un an et demi de retard ! Autant dire que des difficultés, il y en a eu ! Malgré la frustration, j’ai bien conscience que ces aléas font partie de l’aventure entrepreneuriale. Et puis, voyons les choses positivement : dans cette attente, nous avons sur rebondir en lançant la marque L’Atelier de Reims qui propose des cours de cuisine et d’œnologie, avec justement des produits sélectionnés par O’Producteurs.

Virginie COGNERAS (Agriculture, 2011) est fortement impliquée puisqu’elle est actionnaire de l’entreprise O’Producteurs. Je compte également parmi mes producteurs fournisseurs des Anciens élèves de l’école qui vont approvisionner le magasin au quotidien. Outre l’expérience acquise à l’Institut, je me nourris au quotidien des discussions avec les Alumni, quel que soit leur domaine d’activité, c’est toujours enrichissant et cela permet d’élargir son réseau, voire d’ouvrir des portes qui jusque-là restaient fermées. »

Portrait extrait de la revue Trait d’Union de LaSalle Beauvais Alumni n°376, paru au 1er trimestre 2015. Interview : Florian MIGEON (Agriculture, 2010).

open

Emilie PICHON

Agriculture, 2005

Pas à pas en OPA

Emilie dirige la FRSEA de la région Centre - Val de Loire depuis 2010.

Emilie réalise son stage de fin d’études dans un cabinet conseil à Amiens chez PERI-G avec pour mission la veille et la prospective économique sur les filières agricoles. Plutôt proactive, elle n’attend pas la soutenance pour chercher un emploi : démarche payante puisqu’elle débute à la FDSEA en septembre 2005 à Alençon comme chargée de missions. Elle anime des groupes de travail, conseille les agriculteurs, réalise de la veille notamment sur les grandes cultures, la réglementation PAC, les sujets liés à l’environnement, etc.

Deux ans après, elle démissionne de la FDSEA de l’Orne. Elle rejoint en septembre la FRSEA de la région Centre, basée à Orléans, pour un poste de chargée de mission des filières laitières. Pendant trois ans dans le cadre de son poste FRSEA, elle travaille pour les producteurs laitiers mais on lui confie également de missions interprofessionnelles qui lui permettent de travailler avec l’aval de la production.

Depuis septembre 2010, elle est directrice de la structure et gère une équipe de cinq personnes. Son activité est désormais plus transversale. Bien entendu, le suivi des dossiers d’actualité agricoles et le lobbying reste son cœur de métier. Bien d’autres missions remplissent également son agenda : animation du conseil d’administration, relations avec l’ensemble des Organisations Professionnelles Agricoles régionales et nationales, gestion administrative et financière de la FRSEA, conduite de projets, mise en réseau et mutualisation des compétences avec la FDSEA de la région.

Ce qu’elle recherche dans son poste ? Tout ! D’autant plus que pour elle, les missions proposées au sein des Organisation Professionnelles Agricoles sont parfaitement en adéquation avec la formation de l’Institut. Elle le confirme d’ailleurs par ses recrutements en recherchant des collaborateurs qui sachent travailler en équipe, manager des projets, avec de belles qualités humaines et tout cela pour du collectif.

Portrait extrait de la revue Trait d’Union de LaSalle Beauvais Alumni n°375, paru au 4e trimestre 2014. Interview : Marion LECOSTEY (Déléguée générale Lasalle Beauvais Alumni).

open

Olivier DEWAELE

Agriculture, 2004

Olivier a monté avec son équipe, composée de quelques anciens, une entreprise de produits issus de la chasse.

« Olivier débute son activité « Picardie Venaison » : achat de gibiers morts aux chasseurs de Picardie et du bassin parisien. Ses clients sont principalement des grossistes et des restaurateurs de tous types. Il commence seul, puis s’entoure d’un boucher et de deux employées polyvalentes.

Il apprend que les locaux des anciens abattoirs de Compiègne sont en vente. Il répond à l’appel d’offre sans trop y croire et pourtant… le voilà propriétaire de 4000 m2 de bâtiments, dont 500 m2 seront aménagés pour son entreprise. Il déménage, son équipe le suit, et s’étoffe… Marc AGNES (Agriculture, 2004) le rejoint pour l’aider notamment dans le développement commercial.

Cette collaboration se confirme à travers l’opportunité de reprendre l’activité d’un charcutier de l’Essonne qui produit des brochettes « montée main ». Olivier et Marc deviennent associés et créent « Ma brochette », une activité complémentaire de « Picardie Venaison ». De trois salariés, ils passent à neuf CDI temps plein répartis sur les deux entreprises, montent à quatorze employés lors de la saison hivernale et jusqu’à 25 en saison estivale.

Fort de cette collaboration, Olivier persiste et signe une autre association avec Alexis HACHE (Agriculture, 2004) pour l’achat d’une boutique de vente de volailles, « Le faisan gris », en Belgique. »

Portrait extrait de la revue Trait d’Union de LaSalle Beauvais Alumni n°369, paru au 2e trimestre 2013. Interview : Marion LECOSTEY (Déléguée générale AIAE)

open

Estèphe QUILLET

Agriculture, 2012

Un VIE au Kazakhstan

C’est une entreprise, leader mondial de l’industrie laitière, qui lui donne sa chance sur un poste de chef des cultures, dans une exploitation laitière et céréalière, au Kazakhstan

En fin de formation, il entend parler du Volontariat International en Entreprises. En parallèle de son MFE, il entame ses recherches par des candidatures spontanées en entreprises et répond aux offres de Civiweb. C’est une entreprise, leader mondial de l’industrie laitière, qui lui donne sa chance sur un poste de chef des cultures, dans une exploitation laitière et céréalière, au Kazakhstan.

Il débute en novembre 2012 par un voyage de reconnaissance. Quelques jours seulement pour mesurer l’ampleur du challenge : des conditions climatiques rudes, la pratique obligatoire du russe, la découverte des 38.000 hectares et de la centaine d’ouvriers qui seront sous ses ordres. Mais Estèphe ne se décourage pas « beaucoup de difficultés, je le savais mais je savais aussi que si je ne le fais pas de suite, je ne le ferai jamais ». Les trois premiers mois sont effectivement éprouvants, la barrière de la langue, l’appréhension de la culture soviétique, l’acclimatation à l’esprit « kolkhoze », les efforts pour s’imposer. Au final : un enrichissement mutuel : quand Estèphe leur apprend la technique et la stratégie, eux lui apportent la sérénité, le self-control et la prise de recul.

Son contrat se termine bientôt. Quand on lui parle d’avenir à court terme, il évoque de nouvelles missions à l’international pendant encore deux à trois ans. Après tout, des ingénieurs agronomes, parlant le russe, mobiles et techniquement opérationnels, voilà des profils intéressants ! Plus tard, il reviendra sur l’exploitation familiale, mais en double activité ou avec un projet de diversification.

Quand il évoque l’Institut, c’est réellement comme une école de la vie : des supers souvenirs avec la 151e, la présidence d’une association, de la maturité, de belles rencontres. Une formation qui développe l’adaptabilité.

Portrait extrait de la revue Trait d’Union de LaSalle Beauvais Alumni n°373, paru au 2e trimestre 2014. Interview : Marion LECOSTEY (Déléguée générale AIAE).

open

Nos formations vous intéressent ?  Vous souhaitez en savoir plus ?  recevoir notre brochure